De l’École des Mousses au golfe de Guinée

Publié le 4 Octobre 2016 à 11:46

© Marine nationale

1er septembre 2016 : après un an d’embarquement, Yann, 18 ans, a déjà à son actif : 108 jours de mer, 21 700 nautiques parcourus (soit l’équivalent d’un tour du monde), 5 pays visités (de la Grande-Bretagne à la Guinée Equatoriale), la participation à deux exercices majeurs (Corsican Lion et Griffin Strike), et un premier mois de mission opérationnelle : la mission Corymbe, dans le golfe de Guinée. Et ça ne fait que commencer !

« Ça fait deux ans que je suis dans la Marine, et ça fait deux ans que j’y suis bien. Je compte bien continuer !»

14 août 2016 : Mission Corymbe 134. Il est 6h56, le jour se lève sur l’océan Atlantique. La mer est calme Cap au sud, le Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) Dixmude patrouille dans sa zone opérationnelle : le Golfe de Guinée.

Au programme, exercice d’intervention sur un navire suspecté de trafic d’armes. Jour ordinaire de marin en mission. Jour nouveau, pourtant, pour Yann, matelot. Il a 18 ans aujourd’hui. Occasion pour lui de repenser à son parcours…

2012 : Passionné de sport, et aide moniteur de voile, Yann se lance dans un CAP (certificat d’aptitude professionnelle) paysagisme dans l’attente de pouvoir s’engager dans la Marine nationale. Depuis toujours, il aime travailler de ses mains et en équipe.

2014 : Après avoir ouvert un dossier de candidature dans un bureau Marine d’un Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées, Il passe les tests physiques et psychologiques pour entrer à l’Ecole des Mousses. Il est reçu.

2014-2015 : En dix mois d’école, Yann valide des cours généraux – comme le français ou les mathématiques – et une formation militaire marine (navigation, tirs, combat rapproché, sport). Il acquiert aussi des compétences de pompiers – « le feu n’est-il pas le pire ennemi du marin ? ». Il navigue sur les plus beaux voiliers de France (Belém, L’Etoile et l’Atout Chance) et passe son permis côtier.

Pendant cette année riche en découvertes, Yann confirme son choix de spécialité. Il veut être manœuvrier : au plus près des embruns, au contact des cordages, le manœuvrier participe en équipe aux mouvements d’accostage, de mouillage ou remorquage. Jamais sans son casque de chantier, il gère aussi les chargements du bâtiment et prend en charge les embarcations rapides du bord. Réputé pour son endurance et sa jovialité, le « manœu » est efficace et adaptable. Tout pour plaire au jeune mousse !

Septembre 2015 : Fraîchement diplômé, Yann embarque sur la BPC Dixmude basé à Toulon. Ce bâtiment gris de 22 000 tonnes pour 57m de haut et 199m de long l’impressionné et le rend fier.

À bord, il est aussitôt plongé dans son cœur de métier. Il alterne entre la passerelle où il prend la barre et les « extérieurs » où il participe aux manœuvres d’accostage, d’appareillage, ainsi qu’aux manœuvres amphibies, spécialité du BPC. En cas d’incendie, il fait partie de l’équipe d’intervention, c’est l’un des premiers à attaquer le feu avec ses coéquipiers.

Son défi : être toujours concentré et rester en forme : les manœuvres requièrent de l’attention et de la précision pour la sécurité du bâtiment et des marins.

Source : Marine nationale
Crédits : Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 4.3 (4 votes)
Envoyer