Défense Mobilité, acteur privilégié de l’emploi des conjoints

Publié le 29 Janvier 2015 à 11:00

© Marine nationale / CINDY LUU

Servir en tout temps et en tout lieu : ce principe du statut général du militaire implique dans la carrière de chaque marin une mobilité fonctionnelle et géographique répétée. La Marine en mesure les effets induits sur la cellule familiale et les parcours professionnels des conjoints de marins. Soutenu par les armées, « Défense Mobilité » a mis en place un dispositif global et des services personnalisés d’aide à l’emploi des conjoints. En 2013, plus de 5 500 dossiers ont été traités par ses conseillers. Zoom sur ce dispositif d’aide sur mesure – 

Un réseau précieux et un service sur mesure.

Actuellement, près de 80% des conjoints de militaire sont actifs et occupent des emplois dans le secteur public et privé. Afin de les assister dans la recherche d’un nouvel emploi lors des changements d’affectation de leur conjoint militaire, Défense Mobilité  met à disposition une cinquantaine de conseillers spécialisés répartis sur l’ensemble du territoire. Ainsi, les couples unis par mariage, pacte civil de solidarité (PACS) ou vivant en concubinage ou vie commune peuvent bénéficier de ces prestations pendant le temps d’activité du militaire et jusqu’à 3 ans après son départ de l’institution. Intégrées depuis 2009 au sein de Défense Mobilité , les conseillers à l’emploi des conjoints forment aujourd’hui un réseau précieux. Leur mission : orienter les conjoints en adaptant leurs projets professionnels au regard de leurs aspirations et des spécificités du marché de l’emploi local. Le maillage national et outre-mer permet d’accompagner au mieux les conjoints dans leur recherche d’emploi ou de formation, à limiter et réduire leur période d’inactivité professionnelle et ainsi faciliter la mobilité des marins.

Lors des entretiens avec les conjoints, les conseillers s’attachent à comprendre les éventuelles difficultés rencontrées, à définir ensuite les axes d’amélioration de recherche d’emploi et à préciser les aides dont le conjoint pourra bénéficier. Réunions d’information et de conseil, entretiens individuels, formations aux techniques de recherche d’emploi (rédaction du curriculum vitae, de lettres de motivation, etc.) et mises en relation avec les employeurs sont les étapes clés de cet accompagnement personnalisé. Un dispositif complet qui permet au conjoint de marin de valider son projet professionnel et de développer un nouveau réseau.

Info +
Il est recommandé aux conjoints de marins de solliciter Défense Mobilité  dès que la nouvelle affectation du marin est prononcée. Le dossier sera transmis de la cellule du lieu de résidence vers celle du nouveau lieu. Cela permet d’anticiper les démarches et de trouver un nouvel emploi plus tôt.
Au printemps 2015, des réunions d’information seront organisées au profil des conjoints de militaires pour les renseigner sur les spécificités des différents bassins d’emploi, . Pour connaître les dates, consultez la rubrique Agenda des sites Intradef et Internet de « Défense Mobilité ».
Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le guide Défense mobilité  disponible sur le portail du secrétariat général pour l’administration (Défense mobilité/documentation/guides).
Pensez à votre conjoint, faites-lui découvrir les conseillers à l’emploi des conjoints !

CHIFFRES CLÉS

  • 55% des marins vivent en couple ;

  • 15% des marins sont célibataires géographiques, souvent pour des raisons liées à l’emploi du conjoint ;

  • 13% des conjoints de marins devant rechercher un emploi ont bénéficié d’une promotion interne ;

  • 75% des conjoints de marins mutés ont dû rechercher un nouvel emploi ;

  • 54% en ont trouvé un, après un an de mutation ;

  • 88% des conjoints accompagnés par Défense Mobilité  à Toulon, Brest, Cherbourg et Lorient retrouvent un emploi dans les 6 mois suivant leur disponibilité à l’emploi ;

  • En moyenne, 4,4 mois sont nécessaires pour trouver un emploi avec Défense Mobilité;

  • 5 532 dossiers ont été traités en 2013 par Défense Mobilité  ;

  • Chaque année, un conseiller à l’emploi des conjoints traite jusqu’à 140 dossiers.

Sources : DRH-MD ; ARD

TRAVAILLER AVEC L’INDIVIDU, POUR L’INDIVIDU

Christine PENN, conseillère à l’emploi des conjoints à Toulon

« J’ai intégré mes fonctions de conseillère à l’emploi en 2002 après avoir rencontré en 2000 les associations pour l’aide à l’insertion professionnelle des conjoints (AIPC). Plusieurs fois mutée, je connais les problématiques rencontrées par les conjoints de marins. Je les reçois et les informe afin de les accompagner au mieux dans leur recherche d’emploi. Un premier entretien dresse un état des lieux et définit, quand cela est possible, un projet professionnel. Nous sommes dans de l’accompagnement au sens propre ; travailler avec l’individu pour l’individu. Le conjoint dispose de la motivation nécessaire, je lui apporte les outils pour rendre efficace ses recherches. Nous travaillons ensemble pour établir une logique de recherche et comprendre les freins et les obstacles rencontrés dans la recherche d’emploi. Il est important de ne pas sous-estimer l’espace de parole que ces personnes viennent chercher. Ma mission est avant tout d’analyser les difficultés et de trouver des solutions, mais nous prospectons également les entreprises pour récolter des offres susceptibles d’intéresser nos les conjoints que nous aidons.

À Toulon, le taux de chômage important est une difficulté supplémentaire. Malgré tout, le tourisme est un point fort du bassin toulonnais. Ici, nous sommes deux à traiter l’ensemble des dossiers, près de 220 cette année. »

ÊTRE UN APPUI À LA MOBILITÉ DES CONJOINTS

Nadine BRELIVET, conseillère à l’emploi des conjoints à Brest

« Conseillère à l’emploi pour la cellule de Brest depuis 12 ans, j’accompagne les conjoints des ressortissants de la Défense dans leurs démarches de recherche d’emploi dans le secteur privé ou public. Ils bénéficient d’un accompagnement individualisé gratuit et de conseils personnalisés. Ils peuvent également faire l’objet d’un accompagnement sous délégation de Pôle Emploi pour une durée de 12 mois. Le conseiller Défense Mobilité  est alors le référent unique du conjoint. Dans les deux cas, l’objectif alloué est l’accès rapide à un emploi durable. Après la réunion d’information collective qui présente le dispositif, le premier entretien permet d’évaluer les difficultés de recherche d’emploi. Il faut établir une relation de confiance avec le conjoint accompagné pour créer une dynamique, mobiliser la personne dans ses actions et la remotiver après une mobilité professionnelle ou géographique. Nous sommes un appui à la mobilité des conjoints mais nous ne nous substituons pas aux démarches personnelles des intéressés. 

L’antenne Défense Mobilité  de Brest est composée de deux conseillères dédiées à cette mission avec pour zone de compétence le Finistère et les Côtes d’Armor. En 2013, nous avons suivi près de 240 conjoints et permis le retour à l’emploi de 59% d’entre eux. »

Auteur : ASP Sarah Violanti
Droits: Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 2.2 (5 votes)
Envoyer